www.radartutorial.eu www.radartutorial.eu Vue d'ensemble des radars - Musée du Radar

AN/CPS-4

Description de l'unité de radar, les caractéristiques techniques tactique

Figure 1 : AN/CPS-4 à la base aérienne de Keesler en 1950.

Données techniques
Fréquence : 2 700 … 2 900 MHz
(Bande S)
Période de répétition  
des impulsions (PRI) :
1 575 µs
Fréquence de répétition  
des impulsions (FRI)
 :
635 Hz
Largeur d’impulsion (τ) : 2 µs
Temps de réception :
Temps mort :
Puissance de pointe : 750 kW
Puissance moyenne :
Portée maximale : 90 NM (≙ 166 km)
Résolution versus portée :
Précision :
Largeur du faisceau : β= 4,7°; ε= 1,2°
Coups au but par balayage :
Taux de rotation de l’antenne :
MTBCF :
MTTR :

AN/CPS-4

Le AN/CPS-4 („Beaver Tail“, queue de castor) était un radar de site de moyenne portée avec une antenne à balayage mécanique fonctionnant dans la bande S. Ce radar a été développé par le MIT's Radiation Laboratory et utilisé dans la défense aérienne des États-Unis d'Amérique. Le radar a été conçu pour fonctionner avec les radars de recherche panoramique SCR-270 et SCR-271.

Le AN/CPS-4 était utilisé par 6 personnes. Il pouvait afficher des cibles jusqu'à une portée de 90 NM sur son écran RHI. Le réflecteur parabolique orienté verticalement était une section elliptique d'un paraboloïde d'environ 6 m de haut et 1,5 m de large et était alimenté par un cornet d'alimentation. Pour détecter les cibles en altitude, l'ensemble de la structure de l'antenne était soulevée et abaissée entre -2° et 32° à raison de 25 cycles par minute. La précision dans la détermination de l'altitude était, à une distance de 45 à 90 NM, d'environ 300 m en altimétrie absolue et d'environ 150 m en altimétrie relative.[1] Le radar était souvent utilisé en paire avec le AN/FPS-3 et ils formaient une couverture radar complète à partir du début des années 1950.

La production en série a débuté en juin 1945. Le AN/CPS-4 a par exemple été utilisé à la Keesler AFB, sur les sites américains d'Omaha Air Force Station et de Belleville AFS,[2] ainsi qu'en Allemagne sur le site d'Erbeskopf près de Birkenfeld. L'AN/CPS-4 a également été utilisé à des fins civiles, par exemple pour étudier la structure de la „bande brillante“ pour la météorologie.[3]

Sources :

  1. Chas. R. Burrows, Stephen S. Attwood: ”Radio Wave Propagation, Consolidated Summary Technical Report of the Committee on Propagation of the National Defense Research Committee“, Academic Press Inc. New York, 1949, p. 65 (online preview)
  2. Mark L. Morgan, Mark A. Berhow: ”Rings of Supersonic Steel. Air Defenses of the United States Army 1950-1979: an Introductory History and Site Guide“ Hole In The Head Press, 2002, ISBN 0615120121, p. 135, 175 (online preview)
  3. L Brown: ”Technical and Military Imperatives. A Radar History of World War 2“ CRC Press, 1999, ISBN 0750306599, p. 443 (online preview)