www.radartutorial.eu www.radartutorial.eu Vue d'ensemble des radars - Musée du Radar

RUS-1

Description de l'unité de radar, les caractéristiques techniques tactique

Figure 1 : RUS-1, position du récepteur

Figure 1 : RUS-1, position du récepteur

Données techniques
Fréquence : 75 … 83 MHz
(Bande HF)
Période de répétition  
des impulsions (PRI) :
Fréquence de répétition  
des impulsions (FRI)
 :
Largeur d’impulsion (τ) :
Temps de réception :
Temps mort :
Puissance de pointe :
Puissance moyenne : 300 W
Portée maximale : 35 … 50 km
Résolution versus portée :
Précision :
Largeur du faisceau : 60°
Coups au but par balayage :
Taux de rotation de l’antenne :
MTBCF :
MTTR :

RUS-1

RUS-1 (abréviation : Radio Ulavlitel Samoljotov, cyrillique : РадиоУлавливатель Самолетов, à peu près : „Radio-capteur d'avions“), également appelé „Reven“ («Ревень»), a été la première tentative de l'armée de l'ex-Union soviétique de localiser des avions au moyen d'ondes électromagnétiques. Il a été développé par l'Institut de recherche scientifique et de test des communications de l'Armée rouge. (Cyr. : Научный исследовательско испытательный институт связи Красной Армии). Le fabricant était le Laboratoire de mesures électrophysiques (Cyrillic : Лаборатория Электрофизических Измерений, ЛЭФИ) de Minsk.

En 1938, les techniciens soviétiques ont pu remettre à la troupe le premier radar prêt à l'emploi. Jusqu'en 1940, 45 appareils au total ont été remis à la troupe. Le radar a subi sa première épreuve du feu sur le front finlandais durant l'hiver 1939/40.

Le RUS-1 était un radar à onde continue bistatique, dont la conception était similaire à celle des essais réalisés en 1922 par Albert Taylor et Leo Young du Naval Research Laboratory aux Etats-Unis. Il fonctionne comme un radar à barrière. Le RUS-1 se composait d'une position d'émission et d'une position de réception à gauche et à droite de celle-ci, à une distance d'environ 30 … 40 km. Dans le récepteur, les signaux émis en continu par l'émetteur étaient reçus par un lobe secondaire de l'antenne. Si un objet réfléchissant supplémentaire entrait dans la zone située devant cette ligne, le signal reçu changeait de manière significative. RUS-1 ne pouvait évidemment pas mesurer les coordonnées ni déterminer si un ou plusieurs avions étaient en approche. Il pouvait seulement constater qu'il y avait une approche. RUS-1 pouvait ainsi surveiller un couloir d'une largeur de 70 km.

Galerie d'images de RUS-1

Image 2 : Position de l'émetteur du RUS-1