www.radartutorial.eu www.radartutorial.eu Vue d’ensemble des radars - Radars de défense aérienne

AN/FPS-95 „Cobra Mist”

Description de l’unité de radar, les caractéristiques techniques tactique

Figure 1 : AN/FPS-95 „Cobra Mist” dans le Suffolk, Angleterre

Figure 1 : AN/FPS-95 „Cobra Mist” dans le Suffolk, Angleterre (52°06’23.1" N   1°34’55.6" W)
(© 2010 User:Hohum, Wikipedia)

Données techniques
Fréquence : 6 … 40 MHz
(Bande HF)
Période de répétition
des impulsions (PRI) :
Fréquence de répétition  
des impulsions (FRI)
 :
10 … 160 Hz
Largeur d’impulsion (τ) : 250 … 6 000 µs
Temps de réception :
Temps mort :
Puissance de pointe : 3,5 MW
Puissance moyenne : 300 kW
Portée instrumentée : 500 … 2 000 NM
(≙ 920 … 3 700 km)
Résolution en distance :
Précision :
Largeur du faisceau :
Coups au but par balayage :
Taux de rotation de l’antenne :
MTBCF :
MTTR :

AN/FPS-95 „Cobra Mist”

Le AN/FPS-95 „Cobra Mist” (désignation britannique : System 441A) était un radar trans-horizon (OTH-SW) fonctionnant dans la bande HF. Il a fonctionné de la fin des années 1969 à 1973 et a été installé dans le Suffolk, en Angleterre.

L’antenne était composée de 18 antennes logarithmiques périodiques individuelles, disposées en rayons comme une roue à rayons à partir du point d’alimentation central. Elles étaient constituées de brins de 620 m de long soutenus par des mâts de 13 m à 59 m de haut. Les éléments dipolaires actifs suspendus à ces brins étaient disposés en croix afin de permettre une polarisation à la fois horizontale et verticale. Les différentes antennes avaient un espacement radial de 8 degrés et 40 minutes et couvraient une zone de 19,5° à 110,5°. Sous l’antenne se trouvait un grand écran grillagé qui améliorait la conductivité pour le passage de l’onde de sol. Au moment de l’émission, toutes les antennes étaient alimentées. Au moment de la réception, 13 diagrammes de réception différents ont été formés à partir des 18 antennes.

L’antenne a connu des problèmes d’oscillation causés par le vent. La puissance d’impulsion de 10 MW initialement prévue n’a pas non plus été atteinte. En raison de la réception continue d’un bruit ambiant important dont la source n’a jamais été trouvée, le radar n’a pas été pleinement opérationnel, ce qui a conduit à l’abandon du projet en juin 1973.