www.radartutorial.eu www.radartutorial.eu Vue d'ensemble des radars - Musée du Radar

Marconi-Radar Type 80

Description de l'unité de radar, les caractéristiques techniques tactique

(cliquer pour agrandir: 800·600px = 114 kilooctets

Figure 1 : Description dans le manuel technique de Marconi (vue avant)

Données techniques
Fréquence : 2 980 à 3 020 MHz
Période de répétition  
des impulsions (PRI):
3,7 ms
Fréquence de répétition  
des impulsions (FRI) :
235 à 300 Hz,
Habituel : 270 Hz
Largeur d’impulsion (τ) : 2 ou 5 µs,
standard 2 µs
Temps de réception : 3,4 ms
Temps mort : 240 µs
Puissance de pointe : 1 MW
Puissance moyenne :  
Portée maximale : 370 km
Résolution en portée :  
Largeur du faisceau :  
Cibles par sondage:  
Vitesse de rotation:  

Marconi-Radar Type 80

Le radar de surveillance aérienne Marconi Type 80 est l'un des premiers appareils radar de la Bundeswehr (Armée de la République fédérale d’Allemagne). Le radar a été introduit en avril 1956, à l'initiative de la Royal Air Force, sur des sites en Allemagne du Nord, entre autres à Brockzetel (Friedeburg), Uedem et Borgentreich. La Luftwaffe (armée de l’air) a utilisé ces radars jusqu'aux années 1965 à 1970. Ils ont été remplacés par le radar américain AN/FPS-7.

Le type 80 étant conçu pour donner la direction et la distance, la mesure de la hauteur était obtenue par le radar de site Marconi Type 13. Les données étaient affichées sur un écran PPI à bobines « mobiles » de déviation qui seront remplacées plus tard par des bobines « fixes ».

L'émetteur était alimenté par un transformateur spécial, la tension induite pouvait être réglée par contrôle mécanique. En même temps, la puissance de rotation était couplée à 12 systèmes de bobines décalées et des systèmes de redresseurs à vapeur de mercure à 12 phases, chacune de 50 Hz. Cela donnait un faible courant pulsé continu de 600Hz à la sortie du redresseur.

Le redresseur à vapeur de mercure se présentait comme un tube de verre transparent d’environ 70 cm de diamètre et de 1 mètre de hauteur avec un petit « bassin de mercure ». En fonctionnement, le redresseur émettait une lumière bleutée provenant d’une grande étincelle permanente. En raison des 12 électrodes de l’ensemble et sa de forme ressemblant à l’intestin humain, le tube a été surnommé le « duodénum » par les guides.

Une autre particularité de l’appareil était la « cabine tournante » suspendue sous l'antenne. Elle suivait la rotation de cette dernière et ressemblait à un carrousel. Elle contenait le système de séchage pour le guide d'ondes, ainsi que les premières étapes du mélangeur et d'amplification du signal reçu. La séparation de l'émission et de la réception dans le guide d'onde était obtenue par un système de guide d'ondes hybride cyclique par ionisation et cristaux mixtes. Il y avait d'autres étapes d’amplification superhétérodyne dans le récepteur logarithmique. Le traitement du signal serait très vulnérable au brouillage radio actuel.

Auteur: Peter Vieweger
Voir aussi le site: www.winkton.net

Bildergalerie des Marconi Type 80 Radar
Picture gallery of Marconi Type 80 Radar
Galerie du radar Marconi Type 80

	(cliquer pour agrandir: 800·600px = 145 kByte
Figure 2 : Vue arrières
© 1985 Ken J. Fyson
	@ www.radarpages.co.uk!
Figure 3 : Redresseur à vapeur de mercure