www.radartutorial.eu www.radartutorial.eu Vue d'ensemble des radars - Musée du Radar

„Wassermann”

Description de l'unité de radar, les caractéristiques techniques tactique

Figure 1 : Silhouette d’un Wassermann M

Silhouette d’un Wassermann M
(click to enlarge: 640·480px = 32 kByte)

Figure 1 : Silhouette d’un Wassermann M

Données techniques
Fréquence : 125…158, 158…250 MHz
Temps inter-impulsions (PRI) :  
Taux de répétition des impulsions (PRF):  
Largeur d’impulsion (τ) :  
Temps de réception :  
Temps mort :  
Puissance de pointe :  
Puissance moyenne :  
Portée maximale : 300 km
Résolution versus portée: ±300 m
Largeur du faisceau :  
Niveaux d’affichage:  
Vitesse de rotation:  

„Wassermann”

Le radar Wassermann (FuMG 404) est un radar de site allemand de la Seconde Guerre mondiale. Il s'agit d'une version à longue portée d'un radar Freya, développée en 1940, équipée d'une grande antenne verticale qui pouvait diriger le faisceau de façon très précise jusqu'à 300 km. Ce radar, qui émettait dans une longueur d'onde autour de 2,4 mètres, est entré en service en 1942 et environ 150 ont été construits.

L'antenne était composée d'un treillis de dipôles monté sur un mât ayant de 36 à 60 mètres de hauteur. Le treillis était formé initialement de 4 antennes Freya et contenait jusqu'à 144 dipôles. Le tout avait de 4 à 12,4 mètres de largeur car en augmentant leur largeur, il était possible de diminuer la largeur du faisceau et d’augmenter la portée du radar. Le mât était muni d’un moteur pour le mettre en rotation ce qui permettait de sonder sur 360º. De plus, il pouvait être incliné par rapport à l’horizontale de 3 à 18º dans un processus assez lent.

Variantes :

Le Wassermann et un autre radar, le Mammut, sont devenus des composantes essentielles du réseau de défense allemand. À cause de leur construction solide et leur surface surtout verticale, ils étaient très difficiles à détruire. Les Alliés ont finalement trouvé qu'un barrage de roquettes pouvait en venir à bout.

Figure 2 : Partie de l’équipement électronique du Wassermann

Partie de l’équipement électronique du Wassermann
(cliquer pour agrandir: 1000·750px = 52 kilooctets)

Figure 2 : Partie de l’équipement électronique du Wassermann