www.radartutorial.eu www.radartutorial.eu Vue d'ensemble des radars - Musée du Radar

Freya

Description de l'unité de radar, les caractéristiques techniques tactique
Freya- Gerät
(cliquer pour agrandir: 300·432px = 39 kilooctets)

Figure 1 : Radar Freya.

Données techniques
Fréquence : 120…130 MHz
Temps inter-impulsions (PRI) :  
Taux de répétition des impulsions (PRF): 500 Hz
Largeur d’impulsion (τ) : 3 µs
Temps de réception :  
Temps mort :  
Puissance de pointe : 10…15 kW
Puissance moyenne :  
Portée maximale :  
Résolution versus portée: 120 km
Largeur du faisceau :  
Niveaux d’affichage:  
Vitesse de rotation:  

Freya

Le radar d'alerte précoce Freya est l’un des premiers radars utilisés en Allemagne. Nommé d'après la déesse nordique Freya, la compagnie GEMA commence son développement en 1937 et la première livraison est effectuée en 1938. Plus d'un millier d'exemplaires ont été installés pendant la Seconde Guerre mondiale. Il existe aussi une version développée pour la Kriegsmarine, sous le nom de Seetakt.

Le radar Freya est plus évolué du point de vue technique que son équivalent britannique Chain home mais son déploiement est peu prioritaire pour l’Allemagne, car c’est une arme défensive alors que la philosophie dominante est celle de la Blitzkrieg. Cependant, à l'automne de 1939, il y a deux stations radar Freya sur l’île de Helgoland, deux sur celle de Wangerooge et une unité mobile sur Borkmund pour couvrir la côte de la mer du Nord. Le 18 décembre, un radar Freya repère 24 bombardiers Vickers Wellington de la Royal Air Force (RAF) en approche depuis Port William.

L’alerte est alors donnée aux intercepteurs de Jever, en Basse-Saxe. Seize Messerschmitt 110 et 24 Messerschmitt 109 sont guidés vers les bombardiers britanniques encore loin de la côte et quatorze Wellington ont été abattus. A partir de ce moment, la RAF effectuera seulement des sorties nocturnes plus difficiles pour les intercepteurs.

Cette performance laisse auprès de la Luftwaffe une telle impression que dès le printemps de 1940, 11 appareils Freya sont installés pour la protection de la frontière ouest de l'Allemagne. Après la conquête de la France en 1940, des appareils Freya sont aussi construits le long de la côte Atlantique. Avec l'accroissement des attaques aériennes britanniques en représailles au blitz allemand, ces derniers construiront la « ligne Kammhuber », à laquelle sont intégrés d'autres appareils Freya.

Au cours de la guerre, les radars Freya se montrent sensibles aux perturbations dues aux lâchers de paillettes de brouillage, ce qui les rend encore utilisables pour l'alerte précoce, mais bien moins pour la conduite de la chasse. Les Freya seront alors utilisés en connexion avec les radars de conduite de tir Würzburg, en détectant les cibles à longue distance et en les « repassant » au Würzburg pour la poursuite.

Source : Description des premiers radars allemands dans Vectorsite.net