www.radartutorial.eu www.radartutorial.eu Vue d'ensemble des radars - Radar de l'ATC

Description de l'unité de radar, les caractéristiques techniques tactique
Watchman radar

Figure 1: Un Watchman (© inconnu)

Données techniques
Fréquence : 2 750 à 3 050 MHz
Temps inter-impulsions (PRI) :  
Fréquence de répétition  
des impulsions (FRI) :
≈ 1 100 Hz (9 décalages des impulsions)
Largeur d’impulsion (τ) : 0,4 et 20 µs
Temps de réception :  
Temps mort :  
Puissance de pointe : 58 kW
Puissance moyenne : 1,3 kW
Portée maximale : 145 km (220 km)
Résolution en portée : 60 m
Largeur du faisceau : β=1,5 ; ε=30 degrés
Coups au but par balayage :  
Taux de rotation de l’antenne : 15 tr/min.

Radar de surveillance « Watchman »

Watchman est une famille de radars de bande S de moyenne portée conçue pour la surveillance aéroportuaire et l’approche des pistes par la société Plessey Radar Ltd durant les années 1970. Ce type de radar modulaire peut être configuré selon les besoins de l’utilisateur. Les options incluent une version mobile, une antenne statique en aluminium ou en fibre de carbone, un détecteur de cibles mobiles par filtre adaptatif ou par filtre de hauteur, ainsi que l’extraction de la trajectoire des cibles.

Son émetteur à tube d’ondes progressives permet une diversité et une variation rapide de la fréquence afin de couvrir avec un seul radar une gamme de portées allant jusqu’à un maximum de 222 km. Il est disponible avec un tube unique ou avec des tubes multiples pour tenir compte de la dégradation de ces composantes avec l’âge.

Un double train d’impulsions est utilisé : un très court de 0,4 µs, pour une très grande résolution à courte portée, et un beaucoup plus long de 20 µs, pour la détection à longue portée des avions avec une plus faible section efficace radar. La longue impulsion est compressée dans le récepteur en utilisant un dispositif d’ondes acoustiques de surface pour obtenir une impulsion finale de 0,4 μs, donnant une cellule de résolution de 60 mètres, similaire à l’impulsion courte. La séparation du signal est obtenue par l’utilisation de différentes radiofréquences pour les impulsions longues et courtes. La détection des cibles est améliorée encore plus en intercalant les fréquences de neuf intervalles différents d’impulsion.

Une variante récente, le Watchman S, utilise plutôt un transmetteur à semi-conducteurs. Un récepteur numérique est aussit disponible, utilisant des routines programmées de détermination des trajectoires, pour des mises à niveau. Le circuit de détermination du niveau de fausses alarmes constant et une carte à haute résolution des échos de sol permanent à lissage Alpha (1/8 de l’amplitude du fouillis radar plus 7/8 de celui du balayage précédent) compense l’influence du bruit et du fouillis en augmentant les seuils de détection.

Il y a en ce moment 40 systèmes Watchman à travers le monde, dont ceux d’une majorité des installations de service de contrôle aérien du ministère de la défense du Royaume-Uni et de ses territoires outre-mer. La variante Tactical mobile peut être déployée rapidement n’importe où. Elle équipe les forces britanniques envoyées sur un théâtre d’opérations.