www.radartutorial.eu www.radartutorial.eu Vue d'ensemble des radars - Radar de l'ATC

Radar de surveillance d’aéroport ASR-9

Description de l'unité de radar, les caractéristiques techniques tactique
ASR-9
(cliquer pour agrandir: 608·480px = 179 kilooctets

Figure 1 : Antenne du ASR-9
(© MIT Lincoln Laboratory

Données techniques
Fréquence : 2,7 à 2,9 GHz
Temps inter-impulsions (PRI) :  
Fréquence de répétition  
des impulsions (FRI) :
325 à 1200 Hz
Largeur d’impulsion (τ) : 1 µs
Temps de réception :  
Temps mort :  
Puissance de pointe : 1,3 MW
Puissance moyenne :  
Portée maximale : Jusqu’à 60 milles marins (111 km)
Résolution en portée : 450 pieds (137 mètres)
Largeur du faisceau : 1,4 degré
Coups au but par balayage :  
Taux de rotation de l’antenne : 12,5 tr/min.

Radar de surveillance d’aéroport ASR-9

Constructeur : Westinghouse Electronics, (maintenant: Northrop Grumman Corporation Electronic Sensors and Systems Division, Baltimore, Maryland)

L’ASR-9 de Northrop Grumman est un système radar moderne, en opération dans 139 sites aux États-Unis, et le premier à afficher à la fois les données météorologiques et de surveillance des aéronefs. Les premiers de la série ont été installés en 1989 et les derniers en 1995.

L’ASR-9 combine un faisceau à polarisation circulaire avec un détecteur des cibles mobiles pour une détection améliorée des avions en vol à travers les précipitations. Un canal séparé permet de séparer les intensités des précipitations en six niveaux, dont deux peuvent être affichés en même temps par le contrôleur aérien.

Pour la détection des petites cibles en présence de fouillis radar important, l’ASR-9 emploie une antenne à faisceau double (transmission en faisceau bas seulement), un traitement numérique poussé des données, un circuit sophistiqué de minimisation du taux de fausses alarmes et une poursuite de balayage en balayage des cibles. Un processeur du fouillis avec une carte à fine échelle des échos parasites connus aide à améliorer la détection des avions volants tangentiellement au radar.

Le radar est complètement automatique, incorporant un système d’entretien et de surveillance des composantes à distance. Tout problème sera détecté par le circuit de test interne et un technicien pourra alors tenter d’y remédier à distance avant de se déplacer. Une redondance des circuits des sous-systèmes, deux moteurs pour la rotation et deux générateurs d’impulsions d’azimut permettent de minimiser le temps moyen entre deux problèmes majeurs nécessitant son arrêt. Ce dernier est de plus de 3 500 heures.

Galerie du radar ASR-9

Figure 2 : Antenne d’un ASR-9

Figure 3 : Tour et antenne d’un ASR-9
(© Northrop Grumman)

Figure 4 : Antenne d’un ASR-9