www.radartutorial.eu Les Principes du Radar

Radars de défense aérienne

courte portée
longue portée

Figure 1 : Diagramme typique du sondage d’un radar trois dimensions. Une série de faisceau- crayons émit électroniquement dans la verticale, donne la position et l’élévation. La rotation mécanique donne l’azimut.

courte portée
longue portée

Figure 1 : Diagramme typique du sondage d’un radar trois dimensions. Une série de faisceau- crayons émit électroniquement dans la verticale, donne la position et l’élévation. La rotation mécanique donne l’azimut.

Radars de défense aérienne

Les radars de défense aérienne peuvent détecter les cibles, leur position, leur trajectoire et leur vitesse sur un large territoire. La portée maximale d’un tel radar peut être de plus de 300 milles nautiques (560 km) dans toutes les directions. On les divise généralement en deux catégories, selon la quantité d’information obtenue: en deux dimensions pour ceux donnant la portée et l’azimut de la cible, en trois dimensions pour ceux ajoutant l’altitude. Les applications les plus importantes des radars de défense aérienne sont:

Les radars de défense aérienne sont utilisés comme veille avancée car ils peuvent détecter les avions ou missiles ennemis à longue portée. En cas d’attaque, une alerte précoce est vitale pour permettre un déploiement des défenses comme les batteries anti-aériennes (DCA), les missiles anti-missiles et les avions-chasseurs, qui prennent un certain temps pour être activées.

Figure 2 : Diagramme typique d’un radar deux dimensions, le faisceau en cosécante carrée donne la portée et la rotation donne l’azimut.

Figure 2 : Diagramme typique d’un radar deux dimensions, le faisceau en cosécante carrée donne la portée et la rotation donne l’azimut.

La distance et l’azimut des cibles obtenus par ces radars sont également utilisés par les radars de contrôle de tir comme premier estimé de leur position dans leur séquence de travail.

Une autre fonction des radars de défense aérienne est de guider les patrouilles de combat aérien pour l’interception des avions ennemis. Dans ce cas, l’information du radar est passée par l’opérateur radar aux escadrilles de combat sous forme de message vocal à la radio ou par une communication directe avec l’ordinateur de bord.