www.radartutorial.eu Les Principes du Radar

L'Equation du Radar en pratique

Puissance émise

Les tubes n'ont pas tous exactement les mêmes qualités. Les tolérances limites acceptées lors de la production peuvent générer, d'un tube à l'autre, des variations de la puissance attendue, et donc de la portée théorique

Souvenez vous: l'élément le plus influent de cette équation est la racine quatrième!! Mise à part la puissance émise, nous considérons que les autres valeurs sont constantes.
 
Regroupons les sous la forme d'un coefficient (Kx), et l'équation de la portée maximum devient:

Il apparaît maintenant de façon évidente que pour doubler la portée théorique, il est nécessaire de multiplier la puissance émise par 16!

Il apparaît maintenant de façon évidente que pour doubler la portée théorique, il est nécessaire de multiplier la puissance émise par 16!

Nous pouvons maintenant expliquer comment certaines variations affectent la portée maximum: par exemple, sachant que la puissance émise par le radar russe „Spoon Rest” peut varier de 160 kW à 250 kW, est il correcte de considérer que la portée maximum pourra fluctuer entre 250 et 270 km?

D'après le calcul effectué ci-contre, nous pouvons établir que 250 km(160 kW)· 1,118 = 279.5 km(250 kW), donc il est effectivement correct de s'attendre à des variations de portées maximum entre 250 et 270 km! Dans la pratique, les meilleurs résultats étaient obtenus avec des puissances variant entre 180 kW et 240 kW, la puissance émise par le tube plat étant dépendante de la fréquence.

Nous pouvons également utiliser ce raisonnement dans l'autre sens: Il est ainsi possible de déterminer que lorsque la puissance émise est réduite de 1/16 (par exemple dans le cas d'une panne sur l'une des unités d'un émetteur à 16 modules), la variation de la portée maximum est négligeable < 2%.

Sensibilité du Récepteur

Lorsque l'on évalue la puissance minimum détectable, la procédure suivie est différente: C'est toujours sous la racine quatrième, mais il s'agit du dénominateur Donc, une diminution de la puissance minimum détectable par le récepteur se traduit par un allongement de la portée maximum du radar.

Pour chaque récepteur il existe un niveau de puissance minimum à partir duquel il peut détecter un signal. Cette puissance minimum à partir de laquelle le récepteur peut fonctionner est appelée Signal Minimum Détectable (SMD). Les valeurs courantes de SMD s'échelonnent entre -104 dBm et -110 dBm.

Gain d'Antenne

Le gain d'antenne est au carré sous une racine quatrième. Souvenez-vous: la même antenne est utilisée à l'émission et à la réception.

Si on quadruple le gain d'antenne, on double la portée maximum!

Voici cependant un exemple concret appliqué à la technologie radar en bande VHF: Parfois, le radar P-12 (antenne yagi: G = 69) était utilisé avec l'antenne du P-14 (même fréquence de travail, mais antenne parabolique: G = 900). Cette combinaison était souvent non officiellement désignée „P–13”. Selon notre équation radar, la portée maximum devait donc augmenter:

Antennengewinn

(Notez s'il vous plait que la racine quatrième a été simplifiée par le carre au numérateur et au dénominateur). Cela serait magnifique de pouvoir si simplement plus que tripler la portée maximale de notre radar! Hélas, les antennes plus grandes nécessitant de plus longs câblages, les pertes le long de ces lignes et celles dues à l'utilisation d'une nouvelle antenne imparfaitement ajustée au système original nous privent de la moitié de l'amélioration attendue. Cependant, multiplier la portée maximum par 1,6 reste une opération rentable. Cela génère toutefois d'autres inconvénients: trop de cibles ambiguës (échos de nième balayage).